• France 1Après avoir voyagé par monts et par vaux, oui, je peux le dire, la France est un magnifique pays.
    Non seulement pour la variété de ses paysages, mais aussi pour tout un tas de raisons. Gastronomie, liberté d’expression, protection sociale, temps de travail, beauté de la langue, offre de transports publics, réseau routier, normes de sécurité, etc… les Français n’ont rien à envier aux autres. Franchement, quoi de meilleur qu’une baguette tradition avec un camembert fait à point et un bon vin rouge ?
    Alors oui, tout n’est pas parfait dans ce pays : météo capricieuse (surtout cette année…), crise économique, lourdeur des charges sociales pour les entrepreneurs, violence dans les banlieues, homophobie, racisme et j’en passe… Mais non, je n’ai jamais eu envie de vivre dans un autre pays, aussi attirant soit-il.France 5

    Je connais plutôt bien la France car j’ai aussi pas mal voyagé dans mon pays. Mes régions favorites sont l’Alsace, la Bretagne, le Massif central (Cantal, Causses, Puy de Dôme), le Sud-Ouest (Périgord, Gers…) et les zones de massifs montagneux (Jura, Alpes).
    Côté plages, j’ai beaucoup aimé Porquerolles, la côte de granit rose en Bretagne et aussi l’île d’Oléron. Mais j'avoue que je suis un peu frileuse pour me baigner...

    A l’étranger, les Français ont la réputation de ne pas être de gros travailleurs et de râler tout le temps. Ce n’est peut-être pas tout-à-fait faux…


    votre commentaire
  • Nouvelle Calédonie 2Après Tahiti, la Nouvelle-Calédonie a été la 2ème étape de mon tour du monde. Les 1ers jours furent difficiles car mon amoureux était reparti en métropole et je n’avais plus personne avec qui partager mes émotions, je me sentais seule. De plus, j’ai commencé par la côte Ouest de Nouvelle-Calédonie, qui n’est pas très belle et trop venteuse à cette saison pour pouvoir se baigner, ce qui n’a rien arrangé.

    Randonner en Nouvelle-Calédonie est compliqué, car la plupart des sentiers sont privés, non balisés et nécessitent un guide kanak. Et le problème, c’est de joindre les guides en question (il faut parfois appeler la cabine téléphonique publique du village, et le guide n’est pas là, ou déjà réservé pour d’autres touristes). Je me suis donc contentée des randonnées ouvertes à tout public (qui étaient largement satisfaisantes, heureusement).

    Pour visiter la Nouvelle Calédonie, il vaut mieux louer un véhicule car il y a peu de transports en commun, surtout au Nord de l’ïle. Mais attention, il faut être très prudent car les gens roulent comme des dingues, parfois sous l’emprise de l’alcool, la signalisation routière est assez fantaisiste, et l’état des routes n’est pas bon (nids de poule).

    Nouvelle Calédonie 3C’est sûr que l’accueil des kanaks n’est pas aussi chaleureux que celui des Polynésiens, mais si on prend la peine d’entrer dans les villages (en ayant demandé la permission au préalable), on n’est pas mal reçu. Chez les Caldoches, on peut ressentir encore du racisme envers les kanaks, c’est bien dommage.

    J’ai beaucoup aimé Nouméa et le sud de l’île, très sauvage, ainsi que les îles de Lifou et l’ïle des Pins (mais pour cette dernière, une crevaison en VTT m’a gâché une journée, je n’ai pas pu tout voir). A Lifou, petite île traditionnelle, ce fut très déroutant de voir un matin débarquer un énorme bateau de croisière avec des touristes anglophones qui envahissaient toutes les plages et les spots de snorkeling. J’avais l’impression d’être sur une autre île !

    Je n’ai pas de souvenir de la gastronomie locale, car j’avais pris tellement de kilos en Polynésie que je suis allée très rarement au restaurant en Nouvelle-Calédonie, pour rétablir la situation.

    J’aurais sans doute dû visiter la Nouvelle-Calédonie avant la Polynésie, car elle n’a pas autant de charmes, à mon point de vue.


    votre commentaire
  • Comment peut-on, en quelques lignes, résumer 7 semaines sur 17 îles de 4 archipels de Polynésie française ? Forcément, cet article sera plus long que les précédents !

    Polynésie française 011La Polynésie a été la 1ère étape de mon tour du monde 2012 et je l'ai visitée avec mon amoureux. Et tant mieux, car voir seule tous ces paysages idylliques aurait été déprimant.

    Polynésie française 22Oui, Tahiti et les autres îles de Polynésie française sont bien une suite de cartes postales. Les lagons semblent presque irréels tant ils sont beaux, les poissons et coraux de toutes les couleurs, formes et taille sont un spectacle dont on ne se lasse pas, et le sable est tellement fin qu'on dirait du sel. Mais la vie quotidienne est une autre histoire : dans les atolls il ne pousse que des noix de coco, donc il est impossible d'avoir une alimentation équilibrée ; certaines îles sont si mal desservies par les transports maritimes ou aériens (quand ceux-ci existent) qu'il faut parfois attendre 3 semaines pour pouvoir acheter un paquet de riz ; les jeunes ne trouvent pas de mari ou de femme car ils ont vite fait le tour des 2 villages de leur île, l'alcoolisme sévit car il fait oublier l'ennui, les obèses sont nombreux, bref, tout n'est pas rose.

    Cependant, il est assez rare de voir les Polynésiens se plaindre, ils sont assez philosophes : ils disent qu'ils ne meurent pas de faim (la mer est là pour leur apporter suffisamment de poissons et de crustacés), que les fruits poussent facilement (hors atolls), qu'ils n'ont besoin que de 2 ou 3 T-shirts et un short pour s'habiller, et qu'ils peuvent profiter de la nature. Les touristes sont très bien accueillis, car le but des Tahitiens est de les faire revenir, ou que les touristes fassent venir d’autres touristes. La culture de la perle et le tourisme sont les 2 principales ressources de la Polynésie, mais la crise a fait chuter dramatiquement ces sources de revenus.

    Polynésie française 9La ville de Papeete a peu d’intérêt et n’est pas représentative des archipels. Les 4 archipels que nous avons vus sont très différents les uns des autres : l’archipel de la Société (Tahiti, Moorea, Bora-Bora, Huahine, Raïatea, Tahaa, Maupiti) est dans l’ensemble plus touristique, l’archipel des Tuamotu a une atmosphère de bout du monde (les atolls où nous avons séjourné sont Rangiroa et Fakarava), l’archipel des Australes reste plus traditionnel (Rurutu, Tubuaï et Raivavae) et l’archipel des Marquises se démarque par une forte identité culturelle (Hiva Oa, Fatu Hiva et Nuku Hiva). Mais à l’intérieur de chaque archipel, chaque île est différente aussi, donc… on ne s’en lasse pas !

    Les passionnés de snorkeling et de plongée trouveront leur bonheur, surtout dans les atolls. Nous avons eu la chance ( ?) de croiser des requins gris mais nous avons sagement attendu qu’ils passent pour continuer de nager !

    Pour avoir vu cette région du monde, je suis consciente d’être très privilégiée et j’en remercie tous les jours le Bon Dieu. Et je lui dis de vous y emmener un jour...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique