• Autres souvenirs de Cuba - 2016A la fin de l'année 2016, je suis allée à Cuba avec mon compagnon, et c'était la première fois que je n'y allais pas pour un stage de salsa. Nous voulions la mer, la chaleur et le repos. Nous avons donc choisi la plage de Varadero, en hôtel "all-inclusive" (alors que j'ai toujours logé chez l'habitant lors de mes autres voyages à Cuba). Résultats :

    - j'ai été complètement désorientée les premiers jours, je ne retrouvais pas le Cuba que je connaissais : voir plus de touristes que de Cubains, et une profusion de nourriture, ça, je ne connaissais pas...

    - j'ai pris 3 kg alors que d'habitude, à Cuba, je maigris car j'y danse beaucoup,

    - j'ai pu observer avec attention la capacité des touristes russes à ingurgiter quotidiennement une quantité d'alcool impressionnante...

    Autres souvenirs de Cuba - 2016Autres souvenirs de Cuba - 2016Nous avons pu faire un peu de tourisme près de Varadero (snorkeling le long d'une barrière de corail (Playa Coral), baignade dans une grotte (Cueva Saturno), une virée en catamaran à Cayo Blanco, et une rando, oui oui, une rando dans un parc régional. Bah, finalement, jouer au touriste, ça peut être pas mal aussi.

    Bien évidemment je n'ai pas pu m'empêcher d'aller voir ce qui se passait du côté salsa...

    - je suis allée danser 4 ou 5 fois en soirée, ce qui supposait 40 à 50 mn de marche le long de la plage pour aller au centre ville (les taxis restent assez chers), et autant au retour. Mais la mer la nuit c'est très agréable. Il n'y avait pas assez de musique cubaine à mon goût et peu de bons danseurs cubains (à part un qui m'a dit être originaire de Santiago de Cuba, tiens tiens... effectivement sa tête me disait quelque chose, je l'avais probablement connu à Santiago).

    Autres souvenirs de Cuba - 2016
    - à l'hôtel, des animations me permettaient de pratiquer un peu : beaucoup de groupes live de qualité, des cours d'initiation, et des après-midis cubaines où je dansais avec les danseurs de la troupe (ah ben tiens, l'un d'entre eux était aussi de Santiago !) 

    - que ce soit à l'hôtel ou en ville, il y avait des spectacles de qualité variable (certains vraiment très bons), et tous tenaient à montrer la richesse de la culture afrocubaine et paysanne. J'y ai même vu des danses que je ne connaissais pas. J'ai donc beaucoup apprécié.

     

    Autres souvenirs de Cuba - 2016En résumé, je dirais que ce séjour a été reposant et plaisant, mais j'ai préféré mes autres voyages à Cuba. Et que dire du retour en France... Grrr il fut laborieux ! Panne d'avion... une pièce à changer qu'il fallait faire venir d'un autre pays... bloquage de la pièce à l'entrée de Cuba... plus de temps que prévu pour faire la réparation et changer la pièce... temps de travail dépassé pour l'équipage... dernier retard inexpliqué... tout cela nous a menés à des heures et des heures d'attente à l'aéroport, à un relogement dans un hôtel vraiment pas terrible, et à un retard de 3 jours ! 

    J'ai ajouté des photos dans les albums Coucher de soleil, Danse, Portraits, Plage (j'ai pris assez peu de photos cette fois).


    votre commentaire
  • Au cours de mes 3 voyages au Maroc, j'ai expérimenté plusieurs types de hammams : 3 hammams pour les touristes et gens aisés, 2 hammams populaires et 1 hammam privé (dans un gîte). Chaque ambiance étant différente, je vais donc présenter les atouts et inconvénients que j'ai ressentis pour chaque type.

    - Les hammams pour touristes étaient propres, bien aménagés, avec tout ce qu'il faut pour créer une ambiance relaxante : lumières douces, bougies, parfums/encens, bruits feutrés. Tout le matériel nécessaire au lavage et au gommage étaient inclus dans le prix (savon noir, gant de gommage, shampoing). Le personnel était attentionné. Le client était complètement pris en charge, ce qui était plutôt reposant. Par contre, le temps est limité (en principe, un "parcours" d'1h ou 1h30 puis il faut dégager le terrain !), et le budget n'est pas négligeable. L'un des hammams était tellement chaud que j'ai failli prendre un malaise deux fois, pourtant je suis une habituée des bains de vapeurs.

    - Les hammams populaires sont plus authentiques au niveau ambiance : les femmes du quartier viennent ici pour se laver, ou se récurer devrais-je dire. Elles en profitent pour papoter bruyamment et sont dans une tenue proche de celle d'Eve : bourrelets et têtons en tous genres sont exhibés sans complexe. En tant que touriste, quand je suis arrivée dans ces hammams, on m'a regardée au départ comme une extraterrestre, plus ou moins amicalement. Puis est venue soit l'indifférence, soit l'aide (on m'a même rempli mes seaux d'eau). Les endroits étaient spacieux, il y avait plusieurs salles de vapeur. Il valait mieux emmener son matériel, car le savon et les gants n'étaient pas toujours en vente à l'entrée. Bien sûr on pouvait rester dans le hammam aussi longtemps qu'on voulait, ceci pour une somme extrêmement modique.

    - Le hammam privé n'était pas très grand ni très chaud quand j'y suis arrivée (il venait d'être mis en route). Là aussi les clients étaient livrés à eux-mêmes et le matériel n'était pas fourni. On avait plus l'impression d'être dans une grande salle de bain que dans un hammam d'ailleurs. Mais je crois que c'est celui que j'ai le plus apprécié car j'avais passé 5 jours en trek dans le froid sans vraiment me laver (à part une toilette sommaire avec des lingettes). Alors mon Dieu, que l'eau chaude à foison était bonne ! Que le savonnage et le rinçage étaient délicieux ! Et tout ça, sans supplément à payer (prix inclus avec la chambre)


    votre commentaire
  • Décidément j'aime bien le Maroc ! Cette fois-ci j'ai passé 3 jours à Essaouira en solo, puis 5 jours en trek dans le Haut-Atlas, avec une étape à Marrakech au début et à la fin. A Essaouira (que j'aiAutres souvenirs du Maroc - 2016 rejointe en bus local à partir de Marrakech), une météo exceptionnelle : 30 degrés sans vent, ce qui est assez rare. Cette ville a beaucoup de charme et est moins stressante que Marrakech, car il est beaucoup plus facile de s'y orienter. Je pensais prendre des bus pour aller voir les environs mais finalement je me suis laissée envahir par la douceur de vivre... Ville de pêcheur oblige, on y mange du bon poisson, en tajine, en couscous ou grillé.

    A Essaouira j'ai eu la chance de tomber en plein festival des andalousies méditerranéennes : toute la journée, chant et danses au programme, et tout cela gratuit !

    Autres souvenirs du Maroc - 2016La météo a été (beaucoup) plus fraîche en montagne, il a même neigé et gelé ! On était tout de même à 3000m d'altitude, alors rien de surprenant finalement. Les vallées du Haut-Atlas sont magnifiques, ça vaut bien quelques longues heures de crapahutage...

    De Marrakech, j'ai ramené d'excellentes pâtisseries marocaines et du sirop de dattes, denrées rares dans ma région...  J'ai eu plaisir à retrouver l'ambiance de cette ville, même sous des trombes d'eau (et oui, le dernier jour a été pluvieux...)

    Je n'ai pas changé d'opinion sur la Maroc : les Marocains sont très accueillants et serviables, la nourriture est excellente (je vais me rappeler à jamais d'un couscous au poisson divin à Essaouira), et les paysages sont enchanteurs. Le Maroc, c'est pas loin, c'est pas cher, on y est bien accueilli, il y a la mer, la montagne, le désert, que vouloir d'autre ? J'y retournerai !

    J'ai ajouté quelques photos dans les albums concernés. 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires